IOT est une PME spécialisée dans l’aquaculture industrielle de concombres de mer.  Elle associe des villages de pêcheurs isolés à son activité permettant de créer pour eux des revenus complémentaires. Cette collaboration réduit la surpêche et contribue à lutter contre l’extinction de la faune marine.

 

L’entreprise

IOT est une entreprise d’aquaculture industrielle de concombres de mer, une espèce en danger de disparition. L’aquaculture est réalisée selon une technique de reproduction inédite, développée par une équipe scientifique locale. Après une phase de grossissement en bassin, un tiers des animaux juvéniles sont cédés aux pêcheurs de villages isolés, qui suivent leur croissance dans les lagons et les revendent à bon prix à IOT une fois arrivés à maturité.  Les concombres sont ensuite séchés et exportés en Chine.

Implantée dans le sud de Madagascar, région parmi les plus pauvres de l’île, IOT poursuit un double objectif environnemental et social, en luttant contre l’extinction de la faune marine des lagons d’une part et en cherchant à améliorer les conditions de vie des pêcheurs d’autre part.

Tout le monde est gagnant: la communauté de pécheurs, l’ONG partenaire, et nous. Une PME a cet avantage d’être imaginatif et de trouver des solutions à des problèmes que connaît Madagascar
— Jaco Chan / fondateur

L’entrepreneur

Le co-fondateur et directeur général d’IOT, Jaco Chan Kit Waye, est impliqué de longue date dans l’entrepreneuriat. Apres avoir créé et dirigé une société de collecte de poulpes et de calamars, il fonde en 2008 la société Madagascar Holothurie, devenue IOT, en association avec un partenaire local et une équipe de chercheurs universitaires.

Son engagement environnemental et social l’a conduit à s’impliquer dans la mise en place du premier site de gestion des ressources naturelles, en coopération avec une communauté de pêcheurs et plusieurs ONG. En 2006, Jaco est nommé ‘’Manager de l’année’’ des PME Malgaches.

Pourquoi est-ce nécessaire ?

A Madagascar, 76% de la population souffre de carence alimentaire. Le sud de l’Ile est l’une des régions les plus pauvres et enclavées : plus de 92% de la population vit avec moins de 2$ par jour et 68% avec moins de 1.25$ par jour.  La population a doublé en 15 ans : de 12 millions d’habitants en 1989 à 23 millions en 2014. 

La Banque Mondiale estime que la dégradation de l’environnement coute  environ 10% du PIB par an soit 500 millions de $. Le concombre de mer fait partie des espèces classées en danger de disparition par l’UICN. A Madagascar, sa pêche, bien que règlementée, est surexploitée par la présence de centaines de braconniers.

Matrice & Analyse d’impacts

Chaque PME fait ainsi l’objet, en amont des reportages, d’une analyse d’impact approfondie. Basée sur une méthodologie conçue par l’équipe du projet, l’étude est réalisée en étroite collaboration avec l’entreprise. Les différents types d’impacts de la PME (économiques, sociaux, environnementaux...) ainsi que les parties prenantes concernées (clients, salaries, fournisseurs...) sont analysés et retranscris dans une matrice d’impact qui constitue le fil rouge des prises de vue et interviews pendant le reportage sur place.

 
 

IMPACT #1 : préserver l’environnement

Les concombres de mer ont un rôle important dans la préservation des fonds marins, car ils se nourrissent en filtrant l'eau. Ils ne reçoivent aucun antibiotique ni nourriture, et ne sont pas des prédateurs. Cette activité agricole constitue un revenu de substitution pour les pêcheurs qui ainsi réduisent leurs prises et permettent au stock de poissons de se reconstituer.

 
 

 

IMPACT #2 : augmenter les revenus

Le partenariat unique d’IOT avec des villages ruraux pour la culture du concombre bénéficie à 30 familles et devrait rapidement atteindre près de 150 familles. Chacune voit en moyenne ses revenus augmenter de près de 40 euros par mois via cette activité complémentaire. En un an, une fermière a ainsi pu investir dans l’achat de 6 chaises, de 3 chèvres et payer la scolarité de sa fille.

 
 

IMPACT #3 : créer de l’emploi

IOT emploie 51 personnes en CDI mais a près de 135 salariés avec le personnel saisonnier employé pour la construction des bassins. Surtout ces personnes vivent dans des zones rurales où les opportunités et l’emploi formel sont très rares. Enfin l’agriculture marine permet aux anciens pêcheurs de stabiliser leurs revenus et de commencer à épargner ou investir.

 
 

 

IMPACT #4 : améliorer la qualité de vie

Des formations sont proposées aux pécheurs partenaires afin de les aider à mieux gérer les revenus additionnels générés par la culture des concombres de mer. IOT finance aussi la présence d’un militaire pour sécuriser les villages, de téléphones portables pour les maires, et de quatre puits d’eau potable. 

 
 

 

IMPACT #5  : de bonnes conditions de travail

Les salariés bénéficient d’un transport gratuit chaque matin pour se rendre dans la PME à l’écart de la ville, ainsi que d’une cantine à midi ; ils bénéficient d’une couverture maladie pour eux et leur famille et 24 d’entre eux ont suivi une formation aux techniques d’aquaculture.