CDS est une PME proposant un accès à l’eau et à l’électricité aux populations rurales de Mauritanie. L’entreprise occupe une position de leader en matière d’énergies renouvelables. 

 

L’entreprise

Fondée il y 35 ans, CDS est une entreprise qui œuvre pour un accès de tous les Mauritaniens aux services d’eau et d’électricité, particulièrement les plus pauvres et les plus isolés du pays.

CDS intervient sur trois activités complémentaires : les délégations de service public d’eau et d’électricité pour le compte de l’Etat ou des collectivités locales, l’exécution et le suivi de travaux électromécaniques et la fourniture d’équipements permettant l’accès à l’eau et à l’électricité, notamment via l’utilisation  de  l’énergie solaire (chauffe-eau, réfrigérateurs, mini-kits solaires, éoliennes, boutiques énergies, etc.)

Diriger ou créer une PME en Mauritanie est intéressant mais difficile, cela demande beaucoup d’énergie, des financements, une vision, une continuité. (…) Mais quand je vois l’impact en matière d’emplois, c’est un élément positif qui est source de fierté. 
— Sidi Khalifou / Fondateur

L’entrepreneur

Sidi Khalifou est un ingénieur et entrepreneur mauritanien formé en France. Très tôt, il fait preuve d’engagement en faveur de l’accès à l’eau et l’énergie pour tous. Il a créé et dirigé un bureau d’étude (ECO-Qualité) et une ONG (Ecodev), tous deux reconnus comme acteurs majeurs du développement en Mauritanie.

En 2010, il reprend l’entreprise CDS, alors dirigée par son père, et se consacre désormais entièrement à son développement.

Pourquoi est-ce nécessaire ?

L’accès à l’eau constitue un enjeu majeur pour ce pays désertique à 80% où un Mauritanien sur deux n’a pas accès à une source d’eau potable. L’accès à l’électricité y est encore plus limité : le taux d’électrification est estimé à seulement 23,8% au niveau national. Mais seuls 3% de la population rurale ont accès à l’électricité. Plusieurs centaines de petits centres urbains restent à équiper et à desservir. Le grand potentiel du pays en énergies renouvelables commence à peine à être identifié et exploité.

Le gouvernement mauritanien s’est engagé depuis plusieurs décennies dans une ambitieuse politique de développement et de réforme des secteurs de l’eau et de l’électricité, notamment en milieu rural, dans une perspective plus globale de lutte contre la pauvreté.

Matrice & Analyse d’impacts

Chaque PME fait ainsi l’objet, en amont des reportages, d’une analyse d’impact approfondie. Basée sur une méthodologie conçue par l’équipe du projet, l’étude est réalisée en étroite collaboration avec l’entreprise. Les différents types d’impacts de la PME (économiques, sociaux, environnementaux...) ainsi que les parties prenantes concernées (clients, salaries, fournisseurs...) sont analysés et retranscris dans une matrice d’impact qui constitue le fil rouge des prises de vue et interviews pendant le reportage sur place.

 
 

IMPACT #1 : amener de l’énergie

Les 22 boutiques énergie de CDS proposent une source d’électricité dans des zones rurales qui en étaient dépourvues. Alimentées par des panneaux solaires, elles permettent de charger les portables, alimenter un réfrigérateur et des ampoules électriques. En un an, ce sont ainsi plus de 230 000 téléphones chargés, soit 1 300 heures de conversation, critiques pour maintenir les liens sociaux et avoir des opportunités de travail. 

 
 

IMPACT #2 : de l’eau enfin accessible

1 000 familles ont accès à l’eau potable grâce aux pompes installées et alimentées par CDS. En Mauritanie, seuls 50% des foyers ont ce privilège.  Auparavant, les femmes passaient en moyenne 2h par jour à aller chercher de l’eau, portant l’équivalent de 28 éléphants en seaux d’eau. 

 
 

IMPACT #3 : permettre les initiatives

L’eau disponible permet le développement de nouvelles activités. Une association de femmes a ainsi construit quatre jardins maraîchers. En vendant leurs légumes, elles génèrent près de 6 000 euros de revenus par an (le revenu moyen disponible en Mauritanie est d’environ 2€/jour). Des briqueteries se sont aussi développées, créant environ 10 emplois dans les villages avec un nouveau point d’eau. 

 
 

IMPACT #4 : faciliter l’action de l’administration

10 postes frontières reculés sont alimentés en électricité via des panneaux solaires CDS. Cela a notamment permis d’améliorer les conditions de vie des douaniers et d’informatiser le suivi des passages de frontière, élément crucial dans cette zone sahélienne considéré comme critique pour la lutte contre le terrorisme. 

 
 

IMPACT #5 : créer du lien

CDS emploie des salariés issus de toutes les ethnies mauritaniennes, alors que la majorité de la population est arabo-berbère. En outre cette PME emploie 2 femmes. Difficiles à recruter car souvent peu formées, les femmes ne sont que 30% à avoir un emploi formel en Mauritanie.  

 
 

IMPACT #6 : ménager concurrents & fournisseurs

CDS travaille avec 16 fournisseurs locaux. Avec une offre haut de gamme, proposant étude et conseil, la société ne fait pas de concurrence aux quincaillers, traditionnels vendeurs de panneaux solaires. CDS valorise les énergies renouvelables de qualité, ce qui n’est pas toujours le cas des autres acteurs : un village avait par exemple payé 20 000 euros à un quincailler pour une installation solaire qui s’est avérée inadaptée.